L’allaitement pendant le mois de Ramadan est-t ‘il risqué ? - Blog -Baby & Mam

L’allaitement pendant le mois de Ramadan est-t ‘il risqué ?

Durant les mois qui suivent  l’accouchement, l’allaitement reste l’alimentation principale pour ne pas dire unique de bébé. La durée d’allaitement observée étant  en moyenne entre 6 mois et un an il y a donc de fortes chances, à un moment ou un autre d’allaiter au mois de Ramadan.Dans l’absolu Jeûner n’est pas chose facile pour tout le monde, alors il est tout à fait normal pour les jeunes mamans de se demander si le ramadan et l’allaitement sont compatibles et surtout de se demander si allaiter présente un risque pour elles ou pour bébé. Quelles seraient aussi  les bonnes pratiques pour un jeûne en toute sécurité ?

Les règles d’or à respecter

Il est impératif, avant de parler de risques possibles ou de bonnes pratiques de rappeler des choses essentielles concernant Le mois de Ramadan à toujours garder en tête et à  appliquer. Il est strictement interdit de jeûner quand on est malade et l’allaitement cristallise encore plus cette règle. Il est impératif de consulter son médecin traitant avant de jeûner car c’est la seule personne apte à vous donner le feu vert ou pas. Il est aussi très important de sonder votre fort intérieur avant de commencer à jeûner, dans le but de savoir si vous vous sentez vraiment capable de jeûner ou pas. Si vous paniquez, que vous avez des doutes sur votre capacité à le faire et bien ne le faites pas. Vivre un mois avec la terreur de ne pas y arriver rendra le jeûne encore plus difficile. Il s’agit de règles strictes et très importantes car même si il s’agit de votre santé que vous connaissez votre corps mieux que quiconque , il s’agit de ne prendre aucun risque avec la santé de  votre bébé qui lui ne peut pas forcément exprimer ce qu’il ressent en cas de pépin physique.

Les Bonnes pratiques

On associe souvent la difficulté du mois saint à la faim, alors que la difficulté réelle de ce mois tourne bien souvent autour de l’eau. Oui, la bonne hydratation est la clé de toutes les bonnes pratiques. Il faut boire mais pas n’importe quoi et surtout pas n’importe comment. Il sera donc préférable de :

  • Boire en petite quantité mais en plusieurs fois. Après la rupture du jeune boire deux verres d’eau par heure et ce tout au long de la soirée (il est également grandement recommandé de boire au petit matin) pour arriver à une douzaine de verres minimum. (il est préconisé de boire deux litres et demi minimum) Il ne sert à rien de boire une trop grande quantité en un seul coup car cet eau sera éliminée rapidement  par l’organisme.
  • Il faut éviter les liquides trop sucrés (comme les boissons gazeuses ou encore le thé) car cela vous donnera envie de boire d’avantage.
  • Éviter de manger trop salé ou trop salé aussi.
  •  Consommer des aliments favorisant la fabrication de lait comme les dattes, les amandes ou encore le fenouillet (qui est excellent pour bébé)
  • Ne pas négliger votre repos, il faut absolument vous reposer convenablement car un organisme en forme fait mieux son travail (fabrication du lait comprise) et vous pourrez profiter  des longues siestes de bébé pour l’imiter quand vous le pourrez  

Et les risques dans tout ça ?

On perd souvent de tête le fait que la fabrication de lait représente une grosse consommation d’eau et d’énergie pour la jeune maman alors le risque majeur pour elle n’est autre que la déshydratation dont les signes avant-coureurs sont d’avoir une soif intense, d’avoir des urines plus odorantes et des couleurs sombres, d’avoir des vertiges, d’avoir plusieurs moments de fatigue, liés parfois à des évanouissement ou des migraines. Bien entendu si vous avez un de ces signes il faudra impérativement consulter votre médecin.

Pour bébé, cet article est valable si l’allaitement est sa seule source d’alimentation. Il n’y a pas d’études qui ont prouvé que le jeûne diminuait la quantité du lait, contrairement à sa qualité où le jeûne rend le lait mois gras. Est-ce un risque pour bébé ?Non pas vraiment, l’impact réel sur bébé est qu’il va réclamer à téter d’avantage. Donc la réelle problématique est de savoir si bébé a été rassasié ou pas et les signes à surveiller sont : • la diminution du nombre de couches changés (moins de 7 par 24 heures, à voir aussi avec votre pédiatre),

• des selles d’une couleur verdâtre

• une diminution du poids bébé ou aussi une non augmentation ( car même est en pleine croissance donc doit prendre du poids)

• un bébé plus nerveux que d’habitude avec une façon de pleurer plus fréquente et surtout plus forte.

A noter que si bébé n’est pas rassasié il faudrait mieux arrêter le jeûne (pour que votre lait retrouve sa qualité normale) que de lui donner du lait artificiel.

En conclusion, nous aimerions dire que le jeûne et l’allaitement sont compatibles à condition d’avoir l’accord de votre médecin d’une part mais aussi d’avoir l’hygiène de vie qui s’y prête. Il faut être à l’écoute de son corps et de bébé et ne pas hésiter à interrompre le jeûne si le moindre pépin ou doute il y a. Votre santé et celle de bébé passent avant tout !

Laisser un commentaire